25 ans, ca marque ! Les souvenirs de la team ATC

25 ans, ca marque ! Les souvenirs de la team ATC

Cette année 2016 est un peu particulière pour ATC car elle passe le cap du quart de siècle ! Aussi, nous souhaitons vous communiquer quelques événements marquants qui ont rythmé ces 25 dernières années via la prise de parole des dirigeants, dans un premier temps, puis des témoignages de la team ATC.

Christophe, Quand tu as créé ATC, tu te voyais comment 25 ans après ?
Je ne faisais aucun plan sur la comète, je vivais notre entreprise au jour le jour. Chaque nouvelle affaire signée aussi petite soit-elle nous donnait la pêche et nous persuadait que le choix d’avoir monté notre propre boîte était le bon. Quand les dossiers étaient trop gros pour notre modeste structure, les amis venaient nous aider à faire les emballages la nuit… Nous nous sommes lancés dans des chantiers incroyables avec comme seul outil un cutter ou un pinceau.

Peux-tu nous raconter une anecdote, un fait marquant ?
Ma rencontre avec Robert Combas (célèbre artiste contemporain) complètement décalé et d’une folie créative incroyable.
Nous avons réalisé ensemble à la demande de Thierry Raspail (conservateur du MAC de Lyon) une réalisation exceptionnelle. La reproduction d’une œuvre de Robert sur la façade du musée (250 m2). Ce fût un record technique et créatif inoubliable.

ROBERT COMBAS CHRISTOPHE AUSSENAC

Robert, Quand tu as créé ATC, tu te voyais comment 25 ans après ?
J’ai créé ATC à 26 ans et je n’aurais alors jamais pu faire de projection sur les 25 années à venir ! Il s’agit de la même période de vie ce qui parait assez incroyable. Partant d’une feuille blanche la projection était vraiment difficile à envisager. Néanmoins à cette date de création je ne pensais pas que les évolutions métiers alliées à notre dynamisme permettraient de construire une PME d’une soixantaine de collaborateurs tel que c’est le cas depuis une dizaine d’années.

Peux-tu nous raconter une anecdote, un fait marquant ?
Des faits marquants il y en a eu beaucoup et pas mal de galères surtout dans les premières années !
Par exemple la Ville de Villeurbanne en 1992 nous avait confié la réalisation des kakemonos installés en ville à l’occasion de l’événement des ECLANOVA (récemment créé pour la fête de la musique). Nous devions reproduire des grandes toiles de couleurs (bleues ou rouges) avec pour chacune d’elles une illustration différente… mais l’impression numérique n’existait pas alors.
Nous avons donc réalisé le dossier en peinture : les fonds de couleurs au pistolet et les illustrations au rétroprojecteur (heureusement un des associés de l’époque avait une véritable formation de peintres en lettres !) Le seul hic est que notre atelier faisait moins de 50 m2 et que nous étions dans une rue pavillonnaire. Rapidement le local est devenu un nuage mêlé de bleu et rouge très odorant (non ce n’était pas le siège de l’OL !) dont les voisins ont pu largement profiter ! La police est intervenue, voulait verbaliser mais heureusement nous avions terminé le dossier et il n’y a pas eu de suite.
Nous n’étions pas ISO 14001, j’en conviens !

ECLANOVA 1992

Bâche peinte en bleue, sur laquelle les personnages étaient faits en peinture également

 

Philippe, comment te voyais-tu il y a 25 ans ?
25 ans après : Je n’en avais aucune idée, ce métier était nouveau, je me souviens, nous avions rebaptisé Goss 1er Scotchprinter 3M du Rhône, tellement fier de cette innovation on avait plein de nouveaux projets, on vivait un métier qui était en pleine effervescence et on développait. Les clients nous lançaient des défis, ils voulaient de l’image de partout, on devait tout gérer en faisant tout soit même.

Peux-tu nous raconter une anecdote, un fait marquant ?
Coupe du Monde 1998 : je me souviens avoir réalisé le 1er bus en Total Covering. L’anecdote est que j’avais négocié de me faire prêter le bus avec son chauffeur (Merci déjà aux Cars Faure) pendant une soirée pour faire la promotion du produit ; l’originalité est que j’avais récupéré des clients devant leurs sociétés et nous avions fait un tour dans Lyon. L’innovation nous permettait déjà de nous faire repérer.

BUS OL

Nous n'avons pas retrouvé le bus de Coupe du Monde ! Mais nous réalisons les bus de l'OL depuis le début !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les commentaires sont fermés.