Robert Combas : quand l’Art et le Rock s’entremêlent

Robert Combas : quand l’Art et le Rock s’entremêlent

 Le MAC de Lyon propose une rétrospective de plus de 600 œuvres de Robert Combas, des années 70 à nos jours, intitulée « Greatest Hits ». L’exposition s’étend sur 300 m2 du Musée.
2 étages sont agencés de façon chronologique et thématique, et diffusent musiques issues de la propre discographie de Robert Combas.

En parcourant l’exposition, dans un studio aménagé spécialement, le visiteur peut avoir la surprise de voir Robert Combas « en live » s’adonner à la peinture, à l’écriture ou écouter/jouer de la musique. Y figurent aussi ses vidéos les plus récentes mêlant arts graphiques et sonores.  Il y peut y accueillir dans une ambiance « rock » : professionnels, amis et visiteurs. La musique ne sert pas seulement à la mise en scène à l’exposition, elle fait partie intégrante de la vie de l’artiste. Robert Combas crée aux sons des guitares électriques, s’inspire de l’histoire de la musique pour représenter ses personnages (fanfares, guitaristes, violonistes…) et surtout joue du rock depuis les années 70. Il est possible de le voir sur scène avec Lucas Mancione sous le nom Les Sans Pattes. D’ailleurs, il donnera plusieurs concerts au MAC pendant toute la période de l’exposition qui lui est consacrée.   

Robert Combas fait partie du mouvement que le célèbre Ben appelle « La Figuration Libre », dans le sens où il s’inspire de tout type d’images (BD, télévision, magazines, graffiti, mangas, jeux vidéo…) afin de narrer des histoires. Explosions de couleurs, mélange de scènes et de genres pouvant exprimer indifféremment la nostalgie de l’enfance, les batailles liées à l’âge adulte, les femmes, des paysages, des animaux, des réinterprétations de l’Histoire ou de légendes. Bref, le ton est libre, libre de tout dire ! Non seulement, Robert Combas l’illustre mais il l’écrit, et tous styles mêlés (jeux de mots, argot, patois régionaux…). En effet, la plupart des œuvres comporte un texte, un peu comme un refrain accompagnant sa composition graphique.  L’artiste a lui-même dit « Ma peinture c’est du Rock » (Catalogue de l’exposition L’Air du Temps, galerie d’art contemporain de musées de Nice, 1982)

Pour faire le plein de d’images et de sons, exposition jusqu’au 15 juillet 2012, au Musée d’Art Contemporain de Lyon, site web

Robert COMBAS, La fanfare du ragelade, 1985 Acrylique sur toile - 167 x 216 cm Collection Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris © Adagp, Paris, 2012

Robert COMBAS, La fanfare du ragelade, 1985 Acrylique sur toile - 167 x 216 cm Collection Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris © Adagp, Paris, 2012

 

Acrylique sur toile - 242 x 382 cm Collection de l'artiste, Paris © Adagp, Paris, 2012

Robert COMBAS, Love and Peace et Happiness, 1987 Acrylique sur toile - 242 x 382 cm Collection de l'artiste, Paris © Adagp, Paris, 2012

Les commentaires sont fermés.